L´analyse de l´étant et le constitutif de la personne dans le thomisme du XXe siècle

Plusieurs travaux relativement récents ont fait apparaître de plus en plus clairement que les thèses métaphysiques les plus fondamentales de saint Thomas d’Aquin ont fait l’objet, tout particulièrement depuis les années Trente du xxe siècle, d’interprétations non seulement divergentes, mais aussi contradictoires. Or la culture d’inspiration catholique a été marquée, au cours de la même période, par un fort intérêt pour l’ontologie de la personne, ce qui s’explique aisément dans le contexte des idéologies déshumanisantes, qu’il s’agisse des totalitarismes de naguère ou du relativisme d’aujourd’hui. Il faut donc s’attendre à ce que les thomistes aient développé des conceptions assez différentes de la personne, et c’est précisément ce thème que nous voudrions traiter dans la présente étude.

Esse, essentia, ordo. Verso una metafísica della partecipazione operativa

Non c’ è discepolo dell’Aquinate che non sappia che l’ultima resolutio metafisica dell’ente sbocca su haec sublimis veritas: l’essenza di Dio è il suo essere, il che poi implica che, in ogni ente creato, l’essenza è altra dell’essere. Tutte le sintesi teologiche dell’Angelico, e non solo loro, contengono infatti una dimostrazione articolata di queste due tesi architettoniche, e ne esplorano successivamente le conseguenze necessarie. Fra quest’ultime, il filosofo interessato dal problema dell’agire viene colpito da quelle che riguardano lo statuto ontologico del bene. Tre sono le tappe seguite da Tommaso a questo proposito, nella prospettiva sapienziale che fa contemplare l’ente dall’alto